La beauté de la déconnexion

teillereIl y a des jours où je me lève et je refuse d’allumer Internet, je m’assoie avec une tasse de thé dans le calme qui remplit les heures avant l’aube. J’écoute le silence. Je réfléchis à la vie. Je me perds dans un roman.

Il y a des jours, je m’assoie et j’écris, juste mes pensées et le tapotement doux et silencieux de mon clavier. Et c’est magnifique.

D’autres jours je pars faire un footing et je me réjouis de la richesse de l’air extérieur, salé lorsque je cours près de l’océan, parfumé lorsque je passe à côté d’un champ de fleurs sauvages, saturé avec une lumière douce. Et ce sont des moments magnifiques pour moi, lorsque j’apprécie le moment, je m’imbibe du calme, je me délecte de ma connexion avec la vie et de ma déconnexion avec la technologie.

Il y a d’autres moments où je m’assoie avec des amis, nous buvons une tasse de café et nous discutons. On débat de politique ou de quel système d’exploitation est le meilleur, on se taquine, on partage des histoires. Tout cela en étant déconnecté de la technologie. Certains jours, je pars pour une marche ou pour un footing avec ma femme. Où je m’assoie avec mon enfant, je lis ou je joue. Ce sont des moments imbattables.

Il y a des moments où la déconnexion montre son visage glorieux, quand la vie est pleine de force, lorsque nous sommes pleinement connectés au monde autour de nous, tout en étant déconnecté du monde au loin. Ces moments sont devenus incroyablement rares et passagers à cause de la connexion avec la technologie. Et c’est une chose triste. Je ne pense pas qu’il faille abonner la technologie. Elle m’a apporté la carrière et la vie que j’ai toujours voulu avoir, une vie où je m’amuse en travaillant, en étant écrivain à temps plein, en aidant les autres, en vivant une vie simple.

La technologie m’a rendu meilleur et je suis bien plus fan des dernières technologies que n’importe qui. Ce n’est pas que la technologie doit nous effrayer. C’est une vie où nous avons toujours été connectés, toujours interrompus, toujours distraits et toujours bombardés d’informations et de demandes. C’est une vie où nous n’avons plus de temps pour créer ou se connecter avec des gens réels.

La déconnexion est la solution, ou du moins une partie intégrante de celle-ci; C’est extrêmement difficile pour de nombreuses personnes, parce que la connexion est une addiction. Nous allons en reparler dans une minute.

Les bénéfices de la déconnexion

Pourquoi devons nous considérer notre déconnexion du monde de l’information et de la communication ? Jetons un œil à quelques raisons:

  • Vous coupez les interruptions et les distractions des emails, de Twitter, des messageries instantanées, des blogs, de l’actualité et plus encore.
  • Vous vous donnez de l’espace pour être concentré et travailler.
  • Vous vous allouez de l’espace pour créer.
  • Vous pouvez vous connecter aux gens réels sans distractions.
  • Vous pouvez en faire beaucoup plus.
  • Vous vous accordez un break contre le stress de la surcharge
  • Vous pouvez trouver le calme et la paix de votre esprit.
  • Vous pouvez réfléchir et contempler.

Il y a des douzaines d’autres bonnes raisons, mais je pense que celles-ci conviennent bien à vos besoins.

Comment se déconnecter

déconnexionDonc, comment allons-nous nous déconnecter ? Il y a différentes stratégies et aucune n’est meilleure que l’autre. je ne suis pas capable de vous dire laquelle va le mieux fonctionner pour vous. Je vous suggère d’expérimenter et de trouver la méthode qui correspond le mieux à votre besoin et à votre situation. Souvent ça sera une approche hybride, ce qui est parfait. Chaque personne est différente et aucune recette miracle ne fonctionnera pour tout le monde.

Quelques idées :

  • Débranchez. Débranchez simplement votre câble réseau, ou coupez votre routeur wifi, ou bien encore, allez dans les paramètres de configuration réseau et désactiver le réseau temporairement. Fermez votre navigateur web et ouvrez un autre programme qui vous permettra de vous focaliser sur la création sans distraction. Faites le aussi longtemps que possible.
  • Déconnectez-vous un peu tous les jours. C’est comme de planifier des horaires de bureaux. Choisissez les heures qui vous conviennent le mieux et informez les personnes à propos de ces horaires. Disons que vous soyez déconnectés tous les jours de 8h à 10h ou de 16h à 17h, ou encore à partir de 14h. Informez les gens de votre politique de sorte qu’ils soient informés qu’ils ne pourront pas vous joindre par mail ou par messagerie instantanées. Utilisez ce temps pour créer.
  • Travaillez dans un lieu sans connexion. Cela peut être une bibliothèque publique où il n’y a pas de wifi. Il existe encore des cafés sans wifi. Certains d’entre vous rechercheront un lieu calme sans wifi gratuit. Allez dans des zones non connectés pour créer, ou simplement pour vous relaxer et apprécier le silence.
  • Sortez. Laissez votre ordinateur et partez faire une marche, un footing ou un tour en vélo. Profitez de la nature. Regardez le coucher du soleil, allez à la plage, ou près d’un lac, d’une rivière ou d’une forêt. Parlez à vos enfants, à votre mari ou à votre femme, à des amis. Rechargez vos batteries, réfléchissez et contemplez.
  • Laissez votre portable ou éteignez-le. Lorsque vous partez, vous n’avez pas besoin de rester tout le temps connecté. Bien sûr, les iphones et la Blackberry sont cool, mais ils renforcent juste votre addiction, ils rendent le problème bien pire qu’il ne l’était. Si vous conduisez, éteignez vos appareils. Si vous discutez avec quelque, éteignez votre téléphone de faon à être entièrement concentré sur cette personne. Si vous sortez avec votre famille ou vos amis, laissez votre téléphone à la maison. Vous n’avez nullement besoin dans ces moments d’être dérangé par le travail ou par vos impulsions de consulter des choses sans arrêt.
  • Utilisez des logiciels de blocage. Si vous travaillez sur ordinateur, vous pouvez utiliser différents types de logiciels pour vous déconnecter d’Internet ou au moins de sa partie la plus distrayante. Par exemple, vous pouvez utiliser des outils pour bloquer vos emails, Twitter, vos sites favoris, et ainsi de suite. Peu importe quelles sont vos pires distractions, vous pouvez les bloquer de façon sélective. Vous pouvez aussi bloquer complètement votre navigateur Internet. Nous parlerons des logiciels dans un prochain chapitre consacré aux outils.
  • Alternez les connexions et les déconnexions. Il y a des nombres variés sur ce thème mais disons que vous vous déconnectez pendant 20 minutes puis vous vous connectez pendant 10 minutes et vous continuez d’alterner de cette manière. Ou alors vous vous déconnectez pendant 45 minutes puis vous vous connectez pendant 15 minutes. Vous voyez l’idée. C’est un peu comme si les périodes de connexions étaient une récompense d’avoir effectué un bon travail dans la concentration.
  • Déconnectez-vous de votre travail. Une bonne politique est de laisser votre travail derrière vous lorsque vous avez fini votre travail. Une encore meilleure politique serait de rester déconnecté pendant cette période ou alors le travail et la navigation web envahiront le reste de votre existence. Tracez une ligne sur le sable. Après 17 heures (ou l’heure qui vous convient), je ne serai plus connecté, je serai focalisé sur ma famille et mes autres centres d’intérêts.

Comment combattre son addiction à la connexion

déconnexionÊtre connecté est une addiction et elle peut devenir extrêmement compliquée à battre. Croyez-moi, je lutte moi-même contre elle à tout instant. Comme une dépendance, la connexion à des récompenses positives immédiates et des conséquences négatives à long terme. Quand vous prenez de la drogue ou lorsque vous mangez de la malbouffe, vous obtenez un plaisir immédiat mais les effets néfastes sur votre santé ne se font ressentir que bien plus tard, une fois que vous êtes complètement accros.

Vous obtenez donc cette récompense positive immédiate à chaque fois que vous vous adonnez à une activité addictive comme de manger des bonbons ou de prendre de la drogue, cela vous donne un flot de plaisir et vous ressentez l’envie de recommencer le plus rapidement possible. Vous recevez la récompense positive encore et encore, dans un cycle constant de récompenses positives jusqu’à devenir dépendant.

La connexion fonctionne de la même manière. Lorsque vous consultez vos mails, lorsque vous recevez un nouveau message, c’est tellement gratifiant de savoir que nous sommes dignes de l’attention de quelqu’un, notre égo est boosté, nous obtenons un plaisir de ça. Lorsque vous consulter votre Twitter ou vos flux rss ou que vous voyez quelque chose qui attire votre attention, c’est une récompense positive, une petite récompense pour avoir consulté. Donc nous consultons encore et encore, jusqu’à devenir complètement dépendant.

Ce n’est bien plus tard que nous en ressentirons la conséquence, si nous parvenons seulement à nous l’admettre. Ce n’est que plusieurs mois ou années plus tard, bien après notre addiction, que nous réalisons que nous passons notre temps en ligne, que notre vie personnel a été mise de côté, que nous avons perdu notre faculté à trouver le calme et la concentration, que notre créativité et nos énergies ont été érodées par ces addictions. Alors que je vous énumère l’ensemble des façons de vous déconnecter, si vous êtes dépendant, même à un degré faible, ca ne sera pas un petit exploit de se déconnecter et de rester déconnecté.

Alors comment combattre cette dépendance?

De la même manière que l’on combat n’importe quelle dépendance: en cassant le cycle du retour positif et en remplaçant vos vieilles habitudes par des nouvelles. Et même si la dépendance pourrait être le sujet d’un livre entier, soulignons brièvement quelques stratégies rapides que vous pouvez utiliser pour combattre cette dépendance:

  • Analysez vos déclencheurs. Quelles sont les choses qui déclenchent cette habitude ? C’est souvent quelque chose que vous faites tous les jours, parfois c’est en relation directe avec le comportement de votre dépendance. Listez les toutes.
  • Trouvez une habitude nouvelle et positive pour remplacer cette ancienne habitude qui déclenche votre comportement. Par exemple, pour arrêter de fumer, nous avons besoin d’une nouvelle habitude pour combattre le stress (le footing), une nouvelle chose à faire après les réunions (écrire des notes), une autre chose à faire avec le café du matin (lire) et ainsi de suite.
  • Essayez de changer chaque comportement, l’un après l’autre. Si la première chose que vous faites le matin est de consulter votre blog, prenez comme nouvelle habitude de ne pas ouvrir votre navigateur web et à la place ouvrez un éditeur de texte et commencez à écrire.
  • Créez des retours positifs pour vos nouvelles habitudes. Si votre nouvelle habitude est quelque chose pour laquelle vous ne prenez pas de plaisir vous ne tarderez pas à l’abandonner. Mais si c’est quelque chose de joyeux, qui vous procure un retour positif, c’est beaucoup mieux.
  • Créez un retour négatif immédiat pour vos anciennes habitudes. Au lieu d’avoir un retour négatif sur le long terme sur le fait de rester connecté, vous devez obtenir un retour négatif immédiat: instaurez une règle selon laquelle vous devez appeler quelqu’un et lui dire que vous avez échoué si vous vous êtes connecté à la suite d’un certain comportement. Il y a énormément de retours négatifs, peut-être devrez-vous noter ou bloguer vos échecs.
  • Répétez les cycles de retours positifs aussi souvent que possible pour vos nouvelles habitudes. Bientôt, après quelques semaines, cela deviendra une nouvelle habitude et l’ancienne sera presque effacée. Recommencez ensuite avec le prochain comportement.

Commencez petit, avec juste un comportement à la fois est une bonne façon de réussir.

Librement traduit et adapté du livre Focus de Léo Babauta.
Lisez le chapitre précédent : L’importance de trouver la concentration.
Lisez le chapitre suivant : Les rituels de la concentration

crédit photos  : nomadiclass dave.dave.dave marcomonetti

(Visited 85 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *